Pourquoi souscrire un contrat assurance vie ?

Pourquoi souscrire un contrat auurance vie

L’assurance vie est le placement préféré des français.

Son succès auprès de vous s’explique par sa souplesse de gestion, ses performances, sa fiscalité, et surtout… répond à vos multiples objectifs au regard de vos projets de vie, tout en vous offrant un choix de placement diversifié.

Voici un inventaire non exhaustif des multiples objectifs patrimoniaux que vous pouvez atteindre avec l’assurance vie.

 

1. Préparer ou conforter votre retraite

Contracter un contrat d’assurance vie permet de se constituer un capital ou des compléments de revenus personnalisés et de se prémunir contre une baisse de votre pouvoir d’achat lors de la cessation d’activité.

Cela garantit le versement de revenus fixes lors de votre départ en retraite.

Une sortie en rente viagère permet de sécuriser votre situation future et celle de votre conjoint (réversion).

Rappelez-vous que les rentes viagères issues d’un contrat PEP assurances ne subissent pas de fiscalité.

 

2. Se constituer un capital

Saviez-vous que l’assurance vie n’a pas de plafond de versement, donc votre capacité d’épargne est seulement limitée à vos propres facultés contributives.

En effectuant des versements programmés, il vous est possible aussi de vous constituer, régulièrement, une épargne en supprimant les risques d’entrée aux plus mauvais moments, ce qui permet d’investir sur des supports volatils tout en écrêtant les pics.

Le principe des versements programmés permet un lissage du prix de revient des titres.

Nul ne connaît le plus bas d’un marché, aussi il est toujours plus aisé d’arbitrer en faveur du support en Euro pour garantir les gains en titres détenus. Étant donné que les fonds en Euro des contrats multisupports sécurisent votre capital et les intérêts sont définitivement acquis.

 

3. Disponibilité de votre épargne

A tout moment, il vous est possible de récupérer tout ou partie de vos fonds investis dans un contrat d’assurance-vie. La plupart des contrats proposent des avances de l’épargne disponible (sommes versées + intérêts et plus-values).

Les avances sont des « prêts » effectués par l’assureur pour une durée déterminée et peu onéreuses pour vous. En outre lors du remboursement des avances, l’assureur ne perçoit pas de frais d’entrée.

Les contrats assurance vie offrent également la possibilité de faire des retraits partiels ou totaux de l’épargne disponible.

Ces retraits s’effectuent la plupart du temps sans frais contractuels, mais ils supportent la fiscalité applicable en fonction de la date d’ouverture du contrat.

Attention cependant à quelques contrats qui prélèvent des frais, souvent dégressives, selon la période au cours de laquelle interviennent les retraits.

 

4. Diversifier votre épargne

Certains contrats d’assurance vie multisupport permettent d’investir sur des supports (des centaines) très divers.

La diversité de ces unités de comptes permet de choisir les supports les mieux adaptés à votre profil avec une mise de départ la plus faible.

Ainsi les contrats multisupports permettent une gestion personnalisée et diversifiée en fonction de votre capacité d’épargne.

 

5. S’offrir des revenus réguliers

Étant donné la fiscalité favorable aux intérêts et plus-values en cas de retraits, l’assurance-vie est idéale pour se constituer des revenus mensuels ou trimestriels et cela dès l’ouverture de votre contrat.

Soulignons qu’au delà de 8 ans de détention du contrat, l’imposition des intérêts et plus values constatées en cas de rachat partiel ou total est atténuée par l’application d’un abattement annuel de 4.600 euros si vous êtes célibataires, veufs ou divorcés et de 9.200 euros pour les couples soumis à imposition commune.

 

6. Servir de garantie

Nantissement du contrat au profit d’un créancier en garantie du remboursement de la dette.

La pratique du nantissement ou de la délégation d’un contrat assurance vie en faveur d’un établissement financier est courante pour garantir l’octroi d’un prêt.

Recourir à un contrat d’assurance vie adossé à un prêt in fine (par exemple), reporte à son échéance le remboursement du capital emprunté.

Ce montage tout en majorant les intérêts déductibles des revenus fonciers apporte un effet de levier considérable en matière de financement dans le cas d’un investissement locatif par exemple.

 

7. Protection efficace contre la perte d’emploi

L’assurance-vie peut aussi être une véritable réponse aux difficultés financières et au surendettement engendré par un licenciement ou une invalidité.

Dans ce cas, les retraits anticipés, motivés par des cas de force majeure, sont exonérés d’imposition même si le contrat n’a pas atteint une durée de huit ans.

 

8. Préserver ses proches financièrement

Mettre ses proches à l’abri des conséquences financières d’un décès et assurer l’avenir des enfants et de sa famille.

Certains contrats proposent différentes options de prévoyance.

Ainsi en est-il des contrats qui vous offrent des garanties complémentaires contre le risque de décès et/ou d’invalidité en versant à votre conjoint survivant ou à vos enfants à charge, ou selon le cas à vous-même, une rente ou un capital.

C’est aussi le cas des contrats qui moyennant une cotisation spécifique, prennent en charge le paiement des primes programmées en cas d’incapacité ou de votre décès.

Enfin, sachez que quelques contrats proposent des rentes dites dépendance. Il s’agit généralement d’un choix à faire à la sortie de votre contrat.

 

9. Accompagner un enfant handicapé

Il existe plusieurs types de contrats d’assurance destinés aux enfants handicapés.

 

  • Contrat d’épargne handicap, souscrit par le handicapé qui ne peut exercer une activité professionnelle normale.

 

  • Contrat rente survie, souscrit afin de garantir le versement de prestations à un handicapé qui ne peut subvenir seul à ses besoins.

 

Ces contrats permettent le versement d’un capital ou d’une rente à une personne handicapée suite à votre décès.

De plus, les primes versées bénéficient d’une réduction d’impôt.

 

10. Anticiper votre succession

L’assurance vie est un instrument idéal pour organiser la transmission de votre patrimoine dans des conditions fiscales privilégiées.

Un contrat d’assurance-vie permet aux bénéficiaires de percevoir à votre décès le capital en exonération de droits de succession, lorsque la somme ainsi transmise n’excède pas 152 500 euros par bénéficiaire.

Bien utilisée, l’assurance-vie vous permet ainsi d’organiser à l’avance le partage de votre patrimoine.

Cette liberté permet de mettre en oeuvre une stratégie successorale conforme à vos volontés. Par exemple, privilégier des personnes tierces dénuées de droits civils successoraux en l’absence de liens matrimoniaux ou de filiation tels que les concubins.

Toutefois, même si la liberté de disposer de son argent existe, elle souffre de limites.

Attention à ne pas léser vos héritiers éventuels en octroyant une fraction trop importante de votre patrimoine à des bénéficiaires autres.

 

En raison des attraits fiscaux de l’assurance vie en matière de transmission, l’administration fiscale reste vigilante sur ce point.

 

Afin d’éviter toute surprise à vos proches, il vous est possible de souscrire en leur faveur une garantie plancher ou une garantie plancher majorée.

Ces garanties vous permettent d’assurer aux bénéficiaires désignés par vos soins qu’ils recevront quoiqu’il arrive, au moins les sommes investies, même si entre temps les soubresauts des marchés financiers diminuent la valeur de votre capital disponible au jour de votre décès à une valeur moindre que le montant des sommes investies.

 

11. Prévoir le paiement des frais de succession

Éviter des soucis financiers à ses proches, que ce soit pour leur permettre le paiement des droits de succession si le patrimoine transmis est important ou pour leur éviter des désagréments financiers.

L’épargne d’un contrat d’assurance-vie peut répondre aussi à cette préoccupation.

 

12. Aider ou installer vos proches

Transmettre un capital par le biais d’une assurance vie pour financer les études des enfants ou leurs apporter une aide lors de l’installation professionnelle ou personnelle.

 

 

 

A retenir

Le nombre de contrats d’assurance vie que vous pouvez souscrire n’est pas limité. Vous pouvez en ouvrir autant que vous le souhaitez, sans limitation de montant, ni restriction en terme de choix de placement.

 

 

Bon à savoir

Les versements après 70 ans sont plus rares en raison de la fiscalité qui s’applique.

Toutes les primes versées après cette date sont soumises aux droits de succession pour la fraction qui excède 30 500 € (exception faite pour les personnes exonérées que sont le conjoint survivant, le partenaire d’un pacs survivant et le frère ou sœur du défunt âgé de plus de 50 ans dans certaines conditions et pour les personnes morales totalement exonérées de droits de succession).

En parallèle

Assurance Vie : les 11 points à savoir A l’origine l’assurance vie est un contrat qui garantit…le...décès. En effet, en contrepartie des versements effectués par le souscripteur, l’assureur s’engageait à verser un capital entre les mains du...bénéficiaire désigné, si l’assuré venait à décéder.
Comment accepter une assurance vie ? Le bénéficiaire d'un contrat d'assurance vie est en droit...d'accepter le bénéfice de celui-ci. Mais alors quelles conséquences pour celui qui à souscrit ce contrat d'assurance vie ?
Assurance vie, saisissable et confiscable

L'assurance vie n'est plus Insaisissables et Inconfiscable !...