Comment choisir le bon diamant ?

Comment choisir le bon diamant d'investissement ?

Contrairement à l‘or, ou le prix d’un lingot est le produit du poids par le prix du gramme, la valeur d’un diamant est fonction d’un certain nombre de facteurs plus ou moins subjectifs qui font intervenir la qualité intrinsèque de la pierre considérée.

Nous en distinguerons quatre par ordre d’importance :

1 – La pureté

Un diamant est plus ou moins pur, c’est-à-dire qu’il contient toujours quelques inclusions plus ou moins visibles, qui viennent ternir sa transparence. Ces inclusions n’apparaissent pas toujours à l’œil nues, mais peuvent se révéler lors d’un examen à travers une loupe ou un petit microscope.

Par convention, la pureté d’un diamant est classée en huit catégories par la Confédération Internationale de la Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie (CIBJO) :

      1. Pur a 10 fois : Aucune inclusion visible au grossissement 10 fois.

     2. VVS 1 : Aucune inclusion interne visible au grossissement 10 fois. Petite inclusion externe apparaissant à peine au grossissement 10 fois.

     3. VVS 2 : Très petites inclusions difficilement visibles au grossissement 10 fois.

     4. VS 1, VS 2 : Très petites inclusions bien visibles au grossissement 10 fois.

     5. S 1 : Petites inclusions bien visibles au grossissement 10 fois.

     6. Pique 1 : Inclusions difficilement visibles à l’œil nu, très apparentes à 10 fois.

     7. Pique 2 : Inclusions nombreuses ou inclusions importantes, visibles à l’œil nu et altérant l’éclat.

     8. Pique 3 : Inclusions nombreuses et très apparentes altérant considérablement l’éclat.

 

Ce sont ces normes qui sont utilisées en France pour les certificats établis par le Service public des diamants de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris dont je vous en  reparlerai un peu plus tard.

 

2 – La couleur

Un diamant est transparent, donc théoriquement sans couleur.

Mais en réalité, il aura presque toujours une légère teinte très nuancée qui le dépréciera plus ou moins.

Le sommet de la qualité est le diamant sans aucune teinte, qui sera dit «blanc exceptionnel plus», et le bas de gamme, le diamant teinte.

Entre les deux, six nuances (soit au total huit normalisées) qui, en réalité, laissent la porte ouverte à une infinité de qualités suivant que la teinte va du blanc-bleu au blanc-jaune (la moins appréciée).

Normalisation CIBJO des échelles de couleurs :

  • Blanc exceptionnel plus
  • Blanc exceptionnel
  • Blanc extra plus
  • Blanc extra-Blanc
  • Blanc nuance
  • Légèrement teinte
  • Teinte

 

 

3 – Le poids

Là, la physique reprend ses droits et la mesure est objective.

Le poids ne s’apprécie pas, il se mesure.

Ps en grammes, car rien n’est simple dans le diamant, mais en carats :  1 carat = 0,2 gramme.

 

4 – La taille

II ne s’agit pas d’importance de la pierre, mais de la façon dont le diamant est taillé.

Il existe de nombreuses manières de tailler une pierre :

  • taille émeraude,
  • brillant (rond),
  • poire, marquise,
  • etc…

 

Qui dépendent entre autres de la mode et de la façon dont la pierre est montée.

II existe six classes dans l’échelle des qualités d’une taille. Chacune d’elles est caractérisée par un des termes anglo-saxons suivants :

  1. Premium qualité (meilleure)
  2. First qualité (première qualité)
  3. Very good (très bonne)
  4. Good (bonne)
  5. Medium (moyenne)
  6. Poor (courante)

 

La taille à une grande importance car elle mettra plus ou moins en valeur l’éclat du diamant.

La taille la plus appréciée est la taille ronde dite taille brillant, qui compte 58 facettes et qui tire un effet optimal des phénomènes optiques. Elle nécessite de sacrifier jusqu’à 50 à 60 % du poids brut de la pierre pour en tirer le maximum d’éclat.

D’autres tailles, plus anciennes, permettaient un gain de poids de plus de 20 % mais des rendements d’éclat beaucoup moins spectaculaires.

On voit donc qu’en croisant les critères 1, 2 et 4 nous avons théoriquement 8 x 8 x 6 = 384 possibilités de qualités différentes pour un diamant de poids déterminé !

 

Les certificats de garantie

Compte tenu de ce qui vient d’être dit, vous comprenez que l’appréciation et la subjectivité jouent un grand rôle dans la détermination de la qualité d’un diamant, même pour un spécialiste.

Chaque pierre doit donc être accompagnée d’un document appelé certificat de garantie qui précise :

  • sa nature,
  • sa pureté,
  • sa couleur,
  • son poids,
  • sa taille
  • et la qualité de sa taille

 

Ce certificat sera en quelque sorte la carte d’identité attachée à la pierre. II aura d’autant plus de valeur que le laboratoire qui l‘aura délivré aura une renommée Internationale.

Actuellement le CIBJO reconnait en particulier les laboratoires suivants :

 

  • En France : le service public du contrôle des diamants, perles fines, pierres précieuses de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, qui représente la meilleure garantie mondiale que l’on puisse obtenir en France.
  • Etats-Unis : le Gemmological Institute of America à New York.
  • Anvers : le HRD (Hoge Raad Voor Diamant), le IGI (International Gemmological Institute)

 

Tout semble donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes…

Hélas, il existe de nombreux faux certificats ou de vrais certificats dont les pierres originales ont été substituées par d’autres de moindre qualité…

Comme un non-spécialiste est incapable de reconnaitre si la pierre correspondant au certificat est la bonne… il ne lui reste qu’à faire refaire une expertise s’il veut éviter des surprises…

En parallèle