Le Diamant d’Investissement : Est-ce un bon placement ?

Diamant d'investissement : est ce un bon placement

Vous vous intéressez au diamant d’investissement ? Cela ne m’étonne pas, car comme l’or et les pierres précieuses, les diamants en particulier, ont toujours exercé une certaine fascination sur les hommes et les femmes…

Si l’esthétique d’un diamant est indiscutable dans une parure, son éclat au sein d’un patrimoine comme actif peut être tout aussi valorisant à condition de bien connaitre les avantages et les risques de ce placement dit atypique.

Dans cet article, voyons 7 raisons qui peuvent vous pousser à investir dans le diamant.

 

1. Sa rareté et son unicité

Le diamant est un produit issu des ressources naturelles finies puisque la terre, semble-t-il, ne produit plus de diamants, comme elle ne produit plus de pétrole. L’approvisionnement en diamant est par voie de conséquence limité.

Sans compter que pour l’instant, aucun nouveau grand gisement n’a été découvert depuis plusieurs années.

Résultat, les réserves mondiales de diamant s’épuisent et devraient avoir atteint leur rendement maximal vers 2030. Or comme toutes les matières qui se raréfient, la valeur du diamant ne peut qu’augmenter au cours des années à venir.

De plus, le diamant ne se recycle pas ce qui s’ajoute à sa rareté. Mais, en plus d’être rare, chaque diamant est quasiment unique.

Chaque diamant étant « normé » selon ses propriétés (couleur, pureté, taille…), la DTC (Diamond Trading Company) a défini 5 000 catégories de tri du diamant brut, divisées en 2 5000 sous-catégories, ce qui fait qu’à partir d’un certain poids, chaque diamant est unique.

 

2. Le diamant : Une monnaie internationale

Le diamant est un moyen de paiement reconnu mondialement.

Une monnaie qui ne dit pas son nom, mais qui sert de devise d’échange depuis près de 4000 ans. Un diamant s’échangera presque toujours contre du cash.

Par exemple, lorsque les Juifs étaient persécutés, pendant la seconde guerre mondiale, ceux qui détenaient des diamants conservés par leur banquier ont pu les échanger contre du liquide et tout acheter (jusqu’à leur vie !) par simple ordre de vente.

 

3. Un investissement décorrélé des monnaies

Le prix du diamant ne subit pas les fluctuations monétaires, ce qui en fait un produit de thésaurisation intéressant.

La fixation du prix du diamant est indépendant des lois, des États, et des performances des autres actifs, mais est régulé par l’offre et la demande mondiale, avec un système d’évaluation des pierres entièrement standard et international.

En fait, le marché du diamant est tenu par un quasi-monopole.

Tout est fait pour que les diamantaires, sous étroite surveillance, n’aient pas d’autres fournisseurs, ne puissent pas spéculer… Cela permet ainsi d’observer une relative stabilité, ou tout au moins un contrôle absolu du marché.

La cohésion extrêmement soudée du milieu des diamants qui en assure sa stabilité est en partie due aux communautés très codifiées qui le composent.

La culture et la tradition du diamant se tiennent solidement, s’entretiennent et se perpétuent dans le quartier des diamantaires (essentiellement issus de la diaspora juive) à Anvers.

 

4. Le marché du diamant résiste bien aux crises

De manière générale, lors de crises graves, qu’elles soient d’origine économique ou liées à un conflit, le marché du diamant est touché : de la production aux distributeurs en passant par les tailleurs.

Cependant le prix du diamant n’est pas toujours affecté, il peut même être relativement stable, car le marché du diamant est dans une logique de production stricte d’offre et de demande, contrairement à l’or qui se revend, se recycle et a plusieurs vies.

 

5. Une fiscalité avantageuse

Les diamants entrent dans la fiscalité des bijoux et assimilés (diamants ni montés ni sertis), à l’exclusion des biens à usage industriel.

La TVA s’applique au taux normal à l’achat.

A la revente, deux possibilités de régime fiscal s’offrent au diamant :

 

  • une taxe forfaitaire de 6 % à chaque revente effectuée,
  • ou une taxe de 34.5% sur la plus-value réalisée, avec exonération totale de taxe au bout de 22 ans de détention, et une franchise de 5000€.

 

Pour l’impôt sur la fortune, il y a une prise en compte dans le calcul de la base imposable.

 

6. Un produit facilement transmissible

Le diamant peut se transmettre de génération en génération, ajoutant une dimension familiale à la dimension financière, créant ainsi sa propre histoire, bien souvent entièrement confidentiel.

 

7. Un produit occupant un très faible volume pour une grande valeur

Le diamant peut être est à la fois un investissement et un bijou (si la la pierre est montée.)

 

 

Pour résumer, le diamant peut s’envisager comme un plan d’épargne de précaution de moyen et de long terme.

Le diamant est un investissement à effectuer dans l’optique de consolider le reste de votre épargne. C’est un produit de diversification patrimoniale dans une matière tangible qui résiste à tout, y compris aux fluctuations monétaires.

Mais attention ! Le diamant reste un investissement atypique, c’est à dire généralement risqué. Veillez donc à ne pas y placer plus de 5% de votre patrimoine.

En parallèle